Toute l'actu, 100% video !

Aujourd’hui en prison, le champion des “12 coups de midi” Christian Quesada sort de son silence et accuse les médias de lynchage, calominie et d’insultes

Producteur de deux documentaires sur la descente aux enfers de Christian Quesada, le champion des “12 coups de midi”, Guillaume Genton a révélé hier soir avoir reçu une longue lettre de la part de l’ex-candidat aujourd’hui en prison.

L’ex-star des jeux télévisés Christian Quesada a été condamné en avril dernier à trois ans de prison par le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse, pour corruption de mineurs et détention et diffusion d’images pédopornographiques. Son procès s’est déroulé à huis clos et par visioconférence en raison du confinement sanitaire.

En plus des trois ans de prison, avec maintien en détention, l’homme de 55 ans écope de cinq ans de suivi socio-judiciaire – avec 3 ans d’emprisonnement en cas de non-respect – une inscription au fichier des auteurs d’infractions sexuelles (FIJAIS) et 2.000 euros de dommages et intérêts pour l’association partie civile, Fondation pour l’Enfance.

En exclusivité sur le plateau de “Touche pas à mon poste, Guillaume Genton a lu plusieurs passage de la lettre de Christian Quesada:

“Pensez vous que je vais consacrer du temps à quelqu’un travaillant pour une chaîne où, depuis 15 mois, vous n’avez de cesse de manier lynchage médiatique, insultes, diffamation pure et simple, et pire, calomnie, au mépris de la plus élémentaire présomption d’innocence. (…)

Je vous rappelle que les faits pour lesquels j’ai été interpellé sont certes graves, condamnables et donc condamnés, mais cela reste des délits passibles de la correctionnelle, qui, par un aveuglement haineux, motivé par une course au buzz se sont transformés en un procès cathodique plus virulent que pour Fourniret, Lelandais ou Abdeslam”. (…)

Vous remercierez cependant votre patron (Cyril Hanouna) pour cette phrase collector à propos de Michel Cymes : ‘Je suis contre l’acharnement médiatique’. NON MAIS LOL QUOI”. (…)

Comment peut-on tolérer que sur votre plateau, et donc cautionner que certains de vos collègues demandent la peine de mort ou 20 ans de réclusion criminelle sans qu’à aucun moment quelqu’un n’intervienne pour ramener à la raison ces invraisemblables divagations.”